Les marges passives des continents, témoins de la fracture continentale

 

Les marges continentales sont les bordures des continents, zone de transitions entre les continents et les océans. Les caractères morphologiques et géologiques des marges sont révélés par les profils sismiques, les forages profonds et l'observation de marges fossiles actuellement émergées. Les marges continentales, dites passives, ont enregistré l'histoire précoce des océans actuels.

Comment la géologie des marges passives révèle-t-elle les phases précoces de l'océanisation ?

 

  • Les caractères morphologiques des marges passives : l'exemple au large de la Galice

1) Situation géographique


Voir un agrandissement

Carte bathymétrique de la marge ouest-bérique. Isobathes tous les 500 m. Localisation des forages DSDP (leg12 : site 120), IPOD (Leg 47B : site 398) et ODP (Leg 103 : sites 637, 638, 639, 640, 641; Leg 149 : sites 897, 898, 899,900,901), de la transition océan continent (d'après Beslier et al. 1993).

 


Voir un agrandissement

Carte bathymétrique obtenue à partir du site de deos : http://www.deos.tudelft.nl/altim/ceo/pim_xmpl.html
Le trait rouge correspond à la zone étudiée par sismique réflexion sur la Fig. 1.

 

 

2) Les profils de sismique réflexion

Figure 1 : portion du profil de sismique réflexion multitrace migré en temps GP 101, interprétation structurale (d'après Mauffret et Montadert 1987). Les unités structurales sont les suivantes :

• 5B série prérift (vitesse accoustique de 4000 m/s)

• 5A série synrift 1(4000 m/s)

• 4 série synrift 2 (3000 m/s)

• 3 + 2 + 1 : séries postrifts (2000 m/s).

La plupart des failles délimitant les flancs ouest des blocs basculés sont interprétées comme de grandes failles listriques c'est à dire concaves vers le haut (un exemple dans les Alpes) sur le site de Christian Nicollet et le glossaire de Géol-Alp.

 

a) Modèle structural de la marge continentale de la Galice proposé par Boillot et al (1995). L'ensemble de la croûte est traversé par un grand décollement (réflecteur S) qui marque la limite croûte péridotites serpentinisées, puis plus à l'est correspond au Moho; les blocs basculés sont limités sur leur flancs ouest par de grandes failles normales à fort pendage (60°). Localisation du profil Fluigal 08 sur le bloc basculé le plus à l'est et des sites de forages 638, 639, 640, 641, du Leg ODP 103.

 

b) Modèle structural de la marge continentale tenant compte des données de sismique multitrace (IAM11) et de réfraction obtenue sur cette image (Sibuet et al 1995) et des contraintes tectoniques établies à partir du profil Pasisar Fluigal 08. Le pendange des failles normales limitant le flanc ouest des blocs basculés est de 15-25°(profil Pasisar). Ces failles sont recoupées par des failles plus récentes à 60°, de faible décalage vertical (observation par submersible). Les failles normales à 20°, de plusieurs centaines de mètres de décalage vertical s'enracinent sur le réflecteur S. D'après les données de sismique réfraction, S se confond avec le toit des péridotites serpentinisées à l'ouest et avec la limite croûte fragile croûte ductile dans la partie est de la marge.
Section sismique Pasisar interprétée (Fluigal 08) en profondeur corrigée des distorsions géométriques (exagération verticale de 5). Les discordances accoustiques, les contacts en "onlap" et les failles ont été représentés. Les séries postrift ont été reportées à l'aide de l'interprétation de Mauffret et Montader ci-dessus (1987). Portion de sismique réflexion multitrace IAM11, migrée en profondeur en utilisant le modèle de vitesse défini pour la correction du profil Pasisar. Les dépôts en éventail de la série synrift 2 (unité 4) contemporaine du basculement du bloc sont marqués par des tiretés. La série synrift 1 (unité 5A) repose en concordance sur le toit du socle constitué par la plate -forme tithonique- (unité 5B).

 

 

3) Repérer les sédiments prérifts, synrifts et postrifts

 

 

 

 

Les éditions Didier © tous droits réservés