Des plaques lithosphériques en mouvement

 

Différentes techniques, dont la géodésie spatiale, ont permis de mettre en évidence les mouvements relatifs des plaques les unes par rapport aux autres.

Quels sont les mouvements relatifs des plaques ?

  • Visualisation des mouvements des plaques

Le site de PA Bourque de l'université Laval au Canada développe les faits caractéristiques du déplacement des plaques. La carte ci-dessous, extraite de ce site, présente les vitesses d'écartement des plaques en cm/an.

 

  • Les données GPS confirment les mesures réalisées par les méthodes traditionnelles

La carte ci-dessous, extraite du site http://sideshow.jpl.nasa.gov/mbh/series.html, montre les vitesses calculées et mises à jour de manière continue par le Jet Propulsion Laboratory (NASA), qui regroupe l'ensemble des mesures effectuées sur les sites du réseau mondial de l'IGS. Le site http://igscb.jpl.nasa.gov/network/list.html présente la liste des stations GPS de l'IGS.

Sur ce site, il est possible d'obtenir les mesures de n'importe quelle station de l'IGS.
Cliquez ici pour voir la carte des stations IGS

Le site de Christophe Vigny (http://www.geologie.ens.fr/~vigny/index.html) regroupe merveilleusement bien les apports de la technologie du GPS dans la connaissance du déplacement des plaques. Vous y trouverez aussi une description complète du système GPS, et le cas des Alpes.

 

  • Des exemples de déplacements caractéristiques de plaques caractéristiques

En Californie :
Sur le site http://milhouse.jpl.nasa.gov/, vous trouverez les principales stations d'enregistrement GPS.
En cliquant sur une station, il est posssible d'observer son déplacement au cours des dix dernières années. La carte ci-dessous résume les différents résultats obtenus.

 

L'exemple de la Californie du Sud, dans la région de Los Angeles, est également présenté sur le site http://kreiz.unice.fr/regal/ARTICLES/GeometresWeb.htm#_Toc493147354, d'où le texte suivant est extrait :

"Les traits noirs représentent la trace en surface des failles actives majeures, celle qui traverse la figure en continu du nord-ouest au sud-est est la faille de San Andreas. On constate que les sites situés loin de cette faille (SN1 et GOLD par exemple) se déplacent l'un par rapport à l'autre à une vitesse de l'ordre de 3,5 cm/an, imposant un mouvement de coulissage le long de la faille de San Andreas. Cette faille majeure sépare les plaques Pacifique et Amérique du Nord et a été responsable de séismes historiques majeurs (San Fransisco, 1906, et Fort Tejon, 1887, tous deux d'une magnitude proche de 8). Entre ces deux points extrêmes, on constate que les déplacements augmentent progressivement. Au passage de la faille de San Andreas, les mouvements des sites HOLC et TABL sont particulièrement intéressants. Bien que ces deux sites soient situés de part et d’autre de cette faille majeure (mais à quelques kilomètres seulement de la faille), leur déplacement relatif est nul ! Ce résultat démontre que la faille de San Andreas est actuellement bloquée. Dans le même temps, le gradient spatial de vitesse observé perpendiculairement à la faille montre que la croûte terrestre se déforme de manière élastique sous l'effet du mouvement relatif des plaques Pacifique et Amérique du Nord. Ces résultats fondamentaux illustrent le comportement typique des failles actives : elles sont la plupart du temps bloquées, mais accumulent des déformations élastiques à leur voisinage, sur une zone d'une centaine de kilomètre de largeur. Jusqu'au séisme ... "

Dans le Sud-Est de l'Asie : le projet GEODYSSEA
Une page du site de Christophe Vigny présente ce projet, avec une carte montrant le déplacement des plaques dans cette région.

 

En Grèce :
L'image ci-dessous, tirée du site de la Nasa http://bowie.gsfc.nasa.gov/926/eurotect.html présente la tectonique actuelle en Europe et plus particulièrement en Grèce. Alors que l'ensemble de l'Europe et de l'Afrique remonte vers le Nord Est, il existe des mouvements relatifs contraires dans la zone de la Grèce. Ceux-ci laissent passer des mouvement relatifs inverses, ce que montre la deuxième carte.

 

 

Site sur l'évolution des idées et les arguments en faveur de la tectonique globale. http://vishnu.glg.nau.edu
(de la racine , cliquez sur "web-ehanced courses, puis GLC 101, puis plate tectonics)
Ophiolite d'Oman. http://www.cs.uoregon.edu/classes/
cis410oman/summer/menu.html

 

 

 

 

 

 

Les éditions Didier © tous droits réservés