Codage et conduction des messages nerveux

 

Les messages nerveux afférents ou efférents conduits par les fibres nerveuses sont tous constitués de potentiels d'action de même amplitude. Les caractéristiques des potentiels d'action ne constituent donc pas une information sur l'importance d'un stimulus ou sur l'importance de l'activité d'un motoneurone qui contrôle le tonus d'un muscle.

Comment le message nerveux traduit-il les caractéristiques de la stimulation ?

En travaux pratiques : codage de l'information au niveau du nerf

  • Étude de l'amplitude de stimulation

Augmentons l'amplitude de stimulation progressivement, nous obtenons le résultat suivant :

Voir un diaporama présentant les mesures à chaque étape

Exercise
Tracer un graphe avec l'amplitude de stimulation en abscisse et l'amplitude de la réponse en ordonnée, à partir des données du diaporama. Porter sur ce graphe les termes d'amplitude sous-liminaire, liminaire, supra-liminaire, maximale et supra-maximale.

 

  • Étudier les caractéristiques des trois groupes de fibres
Voir le diaporama présentant le détail des mesures étape par étape
Cet exemple permet de montrer que les trois groupes de fibres n'ont pas les mêmes caractéristiques d'excitabilité avec des seuils différents.

 

 

  • Étude de la vitesse de propagation

L'enregistrement suivant a été réalisé en plaçant la deuxième stimulatrice à 2,5 mm de la première réceptrice sur la courbe en rouge, à 5 mm sur la courbe en cyan et à 10 mm sur la courbe en vert. Les autres conditions de stimulation sont identiques.

 

Exercise

Faire un graphe traduisant la distance parcourue en fonction du temps pour les fibres de vitesse moyenne
(correspondant au maximum des pics). En déduire le temps de réponse et la vitesse moyenne de ces fibres d'un nerf de crabe.

 

 

 

 

Les éditions Didier © tous droits réservés